Editorial

Salut, lecteurs!

iunie 2015
Nous ouvrons le no. 4 de la revue par une invitation à la lecture adressée à tous ceux qui aiment lire indifféremment de l’endroit où ils vivent. Heureusement, l’accès sur Internet devient de plus en plus facile.
En même temps, nous attendons de nouvelles propositions de votre part. Nous vous rappelons que tout lecteur peut devenir rédacteur, chacun de vous ayant le droit de publier des matériels informatifs, des articles, de sorte que la revue scolaire devienne plus intéressante pour un plus grand nombre de lycéens, leurs amis, leurs familles.
Exemplifiant votre désir d’élargir l’horizon d’intérêt à la lecture, nous avons invité des professeurs à collaborer en vue de stimuler l’appétit des adolescents pour la lecture au-delà du manuel scolaire. Cette fois-ci, c’est madame Mioara Bivolaru, professeur d’histoire, qui a eu la bienveillance de participer à notre projet, en nous offrant un article sur un thème complexe de l’histoire roumaine, qui a été traduit par nos collègues.
Ainsi, désirons-nous que vos amis, qui vivent sur d’autres méridiens, découvrent des aspects bien intéressants de l’histoire de notre peuple.
Nous espérons également que les numéros prochains de la revue auront le bénéfice de la participation d’autres professeurs aussi et un plus grand nombre de collaborateurs lycéens.
N’oubliez pas! “Tanarul poliglot” est votre revue, chers jeunes lecteurs. Chacun de vous peut devenir à son tour auteur d’article de presse et pourquoi pas, plus tard, un journaliste.
Bonne lecture et ayez le courage de nous écrire!

“Je passe tout mon temps à comprendre le temps” (Alain Bosquet)

noiembrie 2014
Salut les copains!
Que c’est drôle! Hier, on était au mois de spetembre et, dans peu de temps, on sera à la fin de l’année 2014!
Les événements personnels, sociaux, nationaux ou internationaux qui ont marqué le cours de cette année commencent à s’entasser, telles les pages, dans la chronique de l’histoire. En effet, nous avons vécu bon nombre d’événements: anniversaires – 96 ans depuis la Grande Union -, élections europarlementaires, au printemps, élections présidentielles, en automne, conflits régionaux, guerres, Ebola, inondations, tremblements de terre. Et la liste n’en finit pas! Par exemple, ces jours-ci, le Collège National “Traian Doda” fête son centenaire, ce dont on va relater prochainement.
Décidément, le temps, tel un trou noir, englobe tous les événements dans une seconde. Pour nous, septembre fut le mois où les générations d’écoliers – celle du cycle primaire, celle du collège, celle lycéenne – faisaient les premiers pas vers une autre étape de la vie.
Ensuite, au début d’octobre, les classes terminales ont décidé d’organiser le bal en l’honneur des débutants au lycée au cours duquel les “petits” ont participé à un concours mettant en valeur leurs aptitudes et leur talent dans “la discipline de l’amusement”.
Suite à une longue tradition de succès scolaires, au plan de l’éducation de la jeune génération, les deux lycées partenaires dans le projet de journalisme en ligne ont remporté le titre de “Collège National” de sorte que les professeurs et leurs élèves, tous passionnés, voudront multiplier leurs devoirs au niveau de la réussite scolaire. C’est pourquoi, la vie scolaire des deux institutions s’enrichira d’une multitude d’activités scolaires et extrascolaires à même de développer l’initiative de la nouvelle génération.
Il ne nous reste qu’à bosser en vue d’une meilleure note aux tests et aux épreuves sans oublier que le temps s’écoule de plus en plus vite et que les vacances d’hiver, y compris leurs fêtes traditionnelles, approchent à vue d’oeil.
Pensons-y positivement en espérant de nous réjouir de la magie des fêtes à côté de nos familles et nos amis et que l’année suivante accomplira nos attentes, nos rêves.
Sandru Madalina, Puraci Melissa, Zamfir Andreea, Hategan Beatrice
XI-e C. N. “C.D.Loga”

Salut, chers lecteurs !

aprilie 2014
Nous voilà au 3-e numéro de notre revue plurilingue en ligne qui s’adresse à tous les étudiants de chez nous et d’ailleurs, ayant au coeur l’apprentissage des langues étrangères. Vu que la parution de la revue est bimensuelle, je me permets de vous rappeler les principaux moments qui ont marqué notre vie scolaire durant cette période et dont nos collègues collaborateurs vont parler dans leurs articles.
Tout d’abord, je voudrais souligner les événements les plus marquants pour nous, les lycéens, en ce début d’année 2014. En janvier, le 15 -jour de la naissance de Mihai Eminescu – on a célébré la Journée de la culture roumaine et puis, le 24 janvier, on a fêté l’Union des Pays Roumains ou la Petite Union. En février, nous avons été en plein programme de préparation pour la simulation du BAC.
Les simulations ont commencé le 3 mars et ont fini le 7 mars. La première matière qu’on a soutenue a été la langue roumaine, la seconde était la matière de spécialité du profil – littéraire ou bien sciences de la nature ou bien mathématiques- informatique . Enfin, la 3-e c’était à notre choix. Malheureusement, les résultats n’ont pas été des meilleurs. Les élèves ont eu des difficultés à obtenir la note minimum acceptable pour promouvoir les examens: six ou au moins cinq. Cela veut dire qu’on doit travailler davantage pour arriver à de meilleurs résultats.
C’est toujours en mars, le 8, qu’ une jeune fille, Alexandra Florea, élève au Lycée “Traian Doda’’ de Caransebes, est morte dans un grave accident de voiture. Elle n’avait que 15 ans!
En fait, Alexandra et ses camarade, accompagnés par le professeur Petrisor Rada rentraient d’Otelu Rosu où ils venaient de participer en tant que volontaires à une action humanitaire auprès d’un asile de vieillards et d’un autre pour enfants démunis. La voiture a été conduite par un élève de 18 ans, Bogdan Toma qui a exagéré avec la vitesse et la conséquence en a été une tragédie. Il y a eu 7 victimes dont Alexandra n’a pas eu la chance de survivre. Nous tous, nous regrettons la mort de notre collègue.

Moi aussi, j’ai le permis de conduire. C’est pourquoi, je veux faire un appel aux jeunes chauffeurs:

Faites attention quand vous avez envie de presser la pédale d’accélération!
La vie ne doit pas être défiée! Au contraire, prenez-en soin!
Denisa Bercea, XII-e C.D.Loga

Hello, dear Readers!

Here we are at the third edition of our online multi-lingual magazine addressing to all the students who want to learn foreign languages. Due to the fact that our magazine appears once every two months, I want to remind you all the most important events that took place during this period of time. Our fellow-contributors will be dealing with all these events.
First of all, I would like to draw your attention on the most important data involving mainly the high school students, from the beginning of the year 2014.
On January 5th – the day our national poet, Mihai Eminescu, was born – we celebrated the Romanian Culture Day. On the 24th the same month, we had another celebration: The Small Union.
During February we prepared ourselves for the Bacalaureat exam simulations. They began on the March 3rd and ended on March 7th. The first exam was at Romanian, then followed our profile subject, and the last exam was a subject at our choice.

Unfortunately the results were not among the best ones. Not few students had difficulties in obtaining the minimum recquired grade to pass the exam. This means only one thing: we have to work harder to have better results in summers when we have to sit the real exams.

Another important event took place on March 8th. Alexandra Florea, a brilliant student from “Traian Doda” High School lost her life in a terrible car accident. She was only 15 with all the life ahead of her. Actually, Alexandra and her friends had been participating as volunteers at a humanitarian action, in Otelu Rosu. They were together with their teacher, Petrisor Rada. The car was driven by an 18-year-old student, Bogdan Toma. The young and unexperienced driver exceeded the speed limit and the consequences were devastating. There were seven victims in the car crash. Alexandra was the only one who died. We dearly regret the loss of our beloved friend and colleague.
I too own a driving licence. That is the reason why I want to make a call to all young drivers:
Be careful when you speed!
Don’t defy LIFE! On the contrary, take good care of LIFE!
Denisa Bercea, XII-e C.D.Loga

Hallo, liebe Leser!

Wir sind schon bei der dritten Ausgabe unserer online multi-lingual Zeitschrift. Diese Zeitschrift richtet sich an alle Schüler, die Fremdsprachen lernen möchten. Weil unsere Zeitschrift sechsmal im Jahr erscheint, möchte ich die wichtigsten Momente unseres Schullebens erwähnen. Diese Momente werden von meinen Mitschülern in ihren Beiträgen entwickelt.
Die erste Veranstaltung des Jahres 2014, unter den Namen „Tag der rumänischen Kultur“, fand am 15. Januar statt, der Tag an dem unser Dichter Mihai Eminescu geboren wurde. Der 24.Januar, war ein zweiter Festtag – „ Die Vereinigung der rumänischen Staaten“.
Im Februar haben wir uns für die Vortäuschung der Abiturprüfung vorbereitet. Unser Abi besteht aus drei bzw. vier Proben. Die Proben fanden zwischen den 3. und 7. März statt. Die erste Prüfung war in Rumänisch, darauf folgte die jene in Deutsch, aber nur für die Schüler aus der deutschen Abteilung. Am dritten Tag war die schwierigste Probe und zwar in Mathe oder Geschichte und am letzten Tag hatten wir das Recht ein Fach zu wählen, in dem wir die Prüfung ablegen wollten. Leider waren die Ergebnisse nicht erfreulich. Viele Schüler hatten Schwierigkeiten in den meisten Fächern. Das bedeutet, dass wir viel mehr lernen müssen, um unsere Noten zu verbessern.
Am 8. März ist eine Tragödie geschehen. Alexandra Florea, eine Schülerin des “Traian Doda” Lyzeums, ist in einem schweren Autounfall verunglückt. Sie war nur 15 Jahre alt! Eigentlich waren Alexandra, ihre Kollegen und der Lehrer Rada Petrisor, auf der Rückfahrt von einer humanitären Veranstaltung. Der 18-jährige Schüler Bogdan Toma war der Autofahrer. Er hat die Höchstgeschwindigkeit viel überschritten. Die Folgen …. ein Alptraum. Es gab 7 Verletzte, aber Alexandra hatte keine Chance. Wir alle bedauern den Tod unserer Kollegin.
Da ich auch einen Führerschein besitze wende ich mich an alle junge Autofahrer:
„Vorsicht, beim Fahren! Das Leben muss nicht immer eine Herausvorderung sein.
Schätze dein Leben!“

 


Vie d’élève

decembrie 2013
Nous sommes tous heureux, chaque fois que nous pensons aux vacances. On les voit s’approcher, accompagneées de leur cortège de loisirs et de fêtes traditionnelles.
Mais moi, je me réveille de mon rêve et me rappelle tous mes devoirs pour le lendemain et que j’ai encore à lutter dur pour avoir de bonnes notes.
En effet, on a toujours des cours, on a beaucoup d’épreuves et de tests à passer, on a à répondre à plusieurs matières et l’emploi du temps devient de plus en plus chargé.
Chaque professeur a ses propres exigences et on essaie d’y faire face. Alors, comment pourrait-on résister? Je vous le dis! Café au lait et beaucoup-beaucoup de chocolat! Bien du chocolat pour que nos réponses convainquent nos profs que nous sommes réceptifs aux commandements de l’école.
L’hiver est déjà arrivé, je le sais. Et je suis incapable de ne pas penser à l’esprit des fêtes qui inonde le début de la saison et s’étend au moins deux mois de suite. La soi-disante fièvre de Noël, je pense en être tombée malade. Depuis qu’on est entré au mois de décembre – hélas! le 1-er Décembre est tombé un dimanche, donc il n’y a pas eu de relâche supplémentaire – je n’ai pas eu de repos et je désire que tout finisse . Que je puisse me reposer et que je puisse faire autre chose que d’ouvrir et de fermer des cahiers, pour que, plus tard, je doive répéter le même porocessus à une autre matière scolaire. Je pense que les vacances doivent arriver sans plus tarder. Y compris leurs fêtes!
Alors, Bonnes vacances! Joyeux Noël! A l’année prochaine! Jusque-là, je laisse le temps couler.
Anitta Pelin, X-e CD Loga

 


Să fie într-un ceas bun…

octombrie 2013
Suntem tineri, entuziasti, doritori de cunoastere, aventura si distractie.Ne place sa comunicam, sa ne facem auziti si sa ne facem prieteni in acelasi timp.Asa ca,o parte din noi, ne-am gandit sa cream o platforma moderna de comunicare intre noi, elevii celor 2 licee caransebesene, Liceul pedagogic CD Loga si Liceul teoretic Traian Doda.Dorim sa facem acest lucru deoarece, la varsta noastra, comunicarea este intensa si in primul rand, necesara. Fireste, noi comunicam deja pe bloguri, pe facebook, pe messenger ori, pur si simplu, la telefon mobil, dar aceasta comunicare tradeaza amprenta intimitatii, a spatiului privat. Or, ceea ce ne stimuleaza la aceasta ora, este ideea de ne exersa in comunicarea de tip jurnalistic, unde opiniile noastre, informatiile care ne intereseaza ca generatie sa dobandeasca un caracter public, oarecum oficial. E vorba de vocea noastra, a tinerilor liceeni, care sa se faca auzita atat printre colegii nostri din oras sau de aiurea, din tara sau de dincolo de frontiere, cat si de catre concitadinii nostri, adulti de toate profesiile care muncesc in orasul nostru si ne asigura confort, protectie si educatie.
Prin aceasta platforma, dorim sa oferim tuturor colegilor nostri de la cele 2 licee posibilitatea de a se exprima liber, de a face schimb de informatii,opinii, impresii,noutati despre noi si despre orasul in care traim, despre evenimentele care au loc aici, fie in limba engleza, fie in franceza, fie in germana – aceasta fiind o enumerare in ordine alfabetica iar nu preferentiala. De asemenea, vrem sa ne exersam pe mai multe stiluri de comunicare, in special gazetar, de exemplu, sa luam interviuri sau sa scriem scurte reportaje.
Vrem ca aceasta revista sa fie democratica,sa ofere spatii de comunicare cat mai multor colegi.Revista noastra ii incurajeaza pe toti elevii sa scrie, atat cei care si-au descoperit deja talentul si au mai facut asta inainte, cat si cei care vor sa-si invinga timiditate sau comoditatea de gandire si sa incerce sa-si faca auzite opiniile, dorintele, nelamuririle. Nu in aultimul rand, vrem sa oferim tuturor o sansa de a debuta in literatura. E modalitatea cea mai simpla de a ne dezvolta personalitatea, de a deveni mai profunzi, mai reflexivi. Bineinteles, avem promisiunea entuziasta a profesorilor nostri de limbi straine: acestia nu voe ezita sa ne sprijine in incercarile noastre de a ne exprima intr-una din limbile studiate in liceu. Iata deci o modalitate, posibil, mult mai agreabila de a ne dezvolta ca utilizatori de limbi straine, ceea ce va spori beneficiul nostru, in calitate de comunicatori pogloti.
Intentionam sa scriem aceasta revista in cele mai uzuale trei limbi straine:engleza, germana si franceza. De ce? Pe de o parte, pt. ca ambele licee care participa la acest proiect detin deja publicatii scolare in limba romana,si, pe de alta parte, pentru ca lumea in care traim, fiind tot mai interdependenta si … globala/ internationalizata, ni se pare necesar sa fim capabili de a utiliza cel putin una din aceste limbi, daca nu 2 sau chiar pe toate cele3. In acest fel, am reinnoda/revitaliza unul din aspectele culturale specifice Banatului, inclusiv orasului nostru, Caransebes, anume multiculturalitatea manifestata si prin coexistenta armonioasa a limbilor nationalitatilor locale. Au fost vremuri, de pildamin prima jumatate a secolului trecut, cand la Caransebes se vorbea pe strada in romana, germana, maghiara, slovaca, ucraineana, mai rara, engleza, franceza sau italiana. Speram ca prin publicatia noastra sa-i incurajam pe toti tinerii interesati de utilizarea curenta a unei limbi, alta decat limba noastra materna, fata de care avem certitudinea ca nu ovom uita niciodata.
Un mare avantaj al acestei reviste, ce apare acum intr-un format mai simplu, ar fi faptul ca, vom evolua in cunoasterea si utilizarea limbilor straine din proprie vointa, fie ca vom fi autori de articole de presa, fie ca vom fi simpli cititori curiosi, si astfel, pe viitor, ne vom putea descurca printre straini. Un vechi proverb spune: ‚’’Cu fiecare limba straina pe care o stii esti un om in plus’’. Alt proverb spune „Fiecare limba este o fereastra deschisa spre lume”. Pot confirma ca aceste proverbe au un mesaj valabil, deoarece pana acum, peste tot unde am calatorit, mi-a prins foarte bine faptul ca stiam o limba straina, si am putut comunica fara complexe. Ceea ce doresc tuturor colegilor mei.Stii o limba straina,poti sa te exprimi liber, poti sa iti aperi drepturile, poti sa te descurci oriunde in lume. Si astfel ti se deschid usi spre noi orizonturi.
Asa ca, va invitam pe toti sa va alaturati proiectului nostru, pentru a deschide impreuna noi orizonturi, si pentru a pasi impreuna pe taramul minunat al comunicarii plurilingve.
Hello, dear readers!
We are young, enthusiastic, eager for knowledge,adventure and fun.We love to communicate, to make ourselves heard and to make friends at the same time. So some of us have decided to create a modern platform of communication among us, the students of the two schools from Caransebes, The Pedagogical Highschool”C D Loga” and The Highschool „Traian Doda”.We want to do this because,at our age, communication is intense and primarily required.Of course, we already communicate on blogs,facebook, messenger or simply on thel phone, but this type of communication betrays the mark of privacy, of private space. But, what stimulates us at this time,is the idea of practising our journalistic skills in communication, to make our views and the information we are interested in as a generation, acquire publc character,somehow official..It is our voice,that of the high school students,that will be heard among our colleagues, both in town and elsewhere in the country, or even across borders, but also by the locals, adults of all professions who work in our town and provide us comfort, protection and education.
By this platform, we want to offer to all our colleagues from the two high schools the opportunity to express themselves freely, to exchange information, opinions, impressions, news about us and our town,about the events that take place here, either in English,French or German- listed in alphabetical order not in a preferential one We also want to practise different styles of communication, especially the journalistic one,for example, to take interviews or to write short reports.
We want this magazine to be democratic,to offer communication spaces to as many colleagues as possible.Our magazine encourages all students to write, both those who have already discovered their writing talent and have done this before as well as those who want to overcome their shyness and convenience of thinking and try to make their opinions,desires, concerns heard. Last but not least, we want to give everyone a chance to debut in literature. It is the easiest way to develop our personality,to become more analytic, and more reflective. Of course, we have the enthusiastic promise of our t eachers of foreign languages: they will not hesitate to support us in our attempts to express ourselves in a language studied in high school. So here is a way,possibly very enjoyable, to grow as language users, which will increase our benefit as multilingual communicators.
We intend to write this magazine in the mostly spoken three languages: English, German and French. Why? On the one hand, because both schools participating in this project already own academic publications in Romanian,and, on the other hand, because the world we live in,being increasingly interdependent and…Global, it seems necessary to us to be able to use at least one of these languages, if not two or even all the three of them. In this way, we rekindle one of the cultural aspects specific to Banat, including our town, Caransebes, namely the multiculturalism manifested in the harmonious coexistence of the languages spoken by the local nationalities. There were times, for example, in the first half of the last century, when, in Caransebes,the locals spoke Romanian, German, Hungarian, Slovak,Ukrainian,more rarely, English, French or Italian. We hope that our magazine will encourage all young people,interested in foreign languages to make good use of them and write interesting things.
A great advantage of this magazine, which now appears in a plainer format, is that we will develop our language knowledge willingly, either by writing articles or by reading them out of curiosity, so that in the future we shall find it very easy to communicate with native speakerswe and feel good among strangers. An old saying says,” With every new language you know,you are a new man.” Another saying says”Every language is an open window to the world”. I can confirm that these sayings are true messages, because,so far,everywhere I’ve traveled, I felt really good because I knew a foreign language,and I could communicate without complexes. This is what I wish to all my colleagues,too. If .you know a foreign language, you can express yourself, you can defend your rights, you can handle anything anywhere in the world and you are able to open doors to new horizons.
So, we invite you all to joim our project and open together new horizons and to step together in the wonderful realm of communication.
Bella Opruti, “C.D. Loga”

/Bonne chance!/ Chers lecteurs,

Nous sommes jeunes, enthousiastes, assoiffés de connaître, désireux d’aventure et d’amusement. Ça nous fait plaisir de communiquer, d’être entendus et de nous faire des amis en même temps. C’est pourquoi, quelques –uns de nous, ont eu l’idée de créer une plate-forme moderne de communication entre nous, les élèves des deux lycées de Caransebes: le Lycée Pédagogique „C.D.Loga” et le Lycée Théorique „Traian Doda”. Nous voulons mettre en marche ce projet car, à notre âge, la communication est intense et, avant tout, nécessaire. Evidemment, nous discutons depuis longtemps sur les blogs, sur Facebook, sur la méssagerie instantannée ou, simplement, sur le portable, mais cette communication trahit l’empreinte de l’intimité, de l’espace privé qu’il serait difficile et même inutile d’exposer dans une publication scolaire en-ligne. Or, ce qui nous intérresse en ce moment, c’est l’idée de nous former dans un autre type de communication, moins intimiste, plutôt expérimentale. En effet, il serait utile de pratiquer une sorte de journalisme qui exprime des messages liés à nos passions, à nos intérêts tout autres que ceux manifestés entre les quatre murs de la classe.
Il s’agit d’un journalisme promouvant publiquement nos opinions, certaines informations qui nous intéressent en tant que jeune génération . Il s’agit de notre voix, la voix des lycéens, que nous voulons faire entendre par nos collègues de toute la ville ou de notre pays et même au-delà des frontières nationales. Nous voulons également être entendus par nos concitadins, plus âgés, en fait les adultes de toutes les professions qui travaillent dans notre ville en nous assurant du confort, de la protection et de l’éducation.
Grâce à cette plate-forme, nos collègues des deux lycées auront la possibilité de s’exprimer en toute liberté, d’échanger des informations, des opinions, des impressions, des nouvelles concernant la vie scolaire, notre ville ou les événements qui s’y déroulent, soit en anglais, soit en français, soit en allemand – ceci étant une énumération en ordre alphabétique et non pas en ordre préférentiel. De même, nous aurons la chance d’exercer plusieurs styles de communication, particulièrement le style journalistique, par exemple, on pourrait prendre des interviews ou écrire des reportages.
Nous voulons que cette revue scolaire soit pleinement démocratique, qu’elle offre largement de l’ espace à tout lycéen. Car notre revue encourage tous les jeunes et leur lance une invitation à écrire sans complexes. Sont invités les jeunes qui se sont déjà découvert une certaine vocation pour les langues et pour la création littéraire, mais aussi ceux qui veulent échapper à leur timidité ou commodité de réflexion essayant de se faire entendre à travers leurs opinions, désirs, rêves, incompréhensions.
Last but not least, nous voulons offrir à tous nos collègues la chance de débuter en littérature puisque c’est la manière la plus facile de développer sa personnalité, de devenir plus profonds, plus réflexifs.
Evidemment, nous avons le soutien enthousiaste de nos professeurs de langues modernes: ils n’hésiteront pas de nous éclaircir chaque fois que nous avons des ennuis en voulant nous exprimer dans une langue étrangère. Voici donc une manière, possiblement plus agréable de nous développer en tant qu’usagers de langues étrangères, ce qui va augmenter notre bénéfice, en tant que communicateurs polyglottes.
Nous avons l’intention de rédiger les articles de presse en anglais, allemand et français, les plus usuelles langues étrangères qui nous soient accessibles grâce à l’école. Pourquoi? D’un côté, parce que les deux lycées participants à ce projet ont déjà des publications scolaires en roumain, mais la place accordée aux langues ne pourrait jamais être suffisante à nos intentions. D’autre côté, parce que le monde intégré où nous devrons vivre nous impose d’être capables d’utiliser au moins une de ces langues sinon deux, voire toutes les trois. D’une autre perspective, par ce projet nous voudrions renouer avec un passé bien charmant de notre ville et du Banat en général. Il s’agit du plurilinguisme et de la multiculturalité manifestés grâce à la coexistence harmonieuse d’une multitude d’éthnies. Il y avait des temps où l’on entendait parler dans nos rues le roumain, l’allemand, le hongrois, l’ukraïnéen, le slovaque, le serbe, l’italien, le français! Nous espérons que tous les jeunes intéressés à utiliser couramment une langue, autre que le roumain, viendront affirmer dans nos pages leur désir d’évoluer et leur courage d’affirmer toutes leurs pensées.
Un grand avantage de cette revue, qui paraît maintenant dans une variante plus simple, serait que nous tous, nous ferons des progrès dans la connaissance et l’utilisation des langues étrangères par notre propre volonté, soit que nous soyons des auteurs d’articles de presse, soit que nous soyons des simples lecteurs curieux et de ce fait nous pourrons nous débrouiller en tant que citoyens européens. Un proverbe affirme que”Chaque langue est une fenêtre ouverte vers le monde”. Je peux confirmer que ce proverbe a un message valable, puisque partout où j’ai voyagé, j’ai été capable de communiquer sans complexes grâce à l’usage d’une langue de circulation internationale. Ce que je souhaite à tous mes collègues et aux générations suivantes. Si on connaît une langue étrangère, on a plus de chances de circuler, de s’exprimer dans les milieux étrangers, on peut défendre ses droits ou se débrouiller partout dans le monde.. Et c’est ainsi que les portes s’ouvrent devant nous dévoilant de nouveaux horizons.
Bref, nous vous invitons tous à vous rallier à notre projet pour ouvrir ensemble de nouveaux horizons et pour marcher ensemble vers le monde merveilleux de la communication plurilingue.